Essence : la Bretagne bientôt à sec

Essence : la Bretagne bientôt à sec

Depuis l’annonce du projet de loi du travail, en particulier l’article 2 qui donne la primauté aux accords d’entreprise sur les accords de branche, les manifestations et les grèves se sont enchaînées en créant un état de crise. En effet, les opposants à cette loi ont mis la pression et ont bloqué ces derniers jours, les stations de raffineries en provoquant ainsi une crise d’essence en France, et plus précisément dans la région de Bretagne.

Plusieurs dépôts pétroliers en Bretagne ont été bloqués par les grévistes, notamment celui de Lorient et de Vern-sur-Seiche (35), ainsi que la raffinerie de Donges (44). De plus, quelques 70 stations-service de Total étaient en pénurie de carburants dans le quart nord-ouest de la France, selon le groupe pétrolier Total.

Des stations en rupture de carburant

Le dépôt pétrolier de Lorient est bloqué par les grévistes. Pourtant, il s’agit d’un point stratégique puisqu’il alimente quatre départements bretons et distribue 3,5 millions de litres d’essence par jour.

A cause de ce blocage, plusieurs stations de la zone ont affiché des cuves vides, notamment les stations Total, les plus touchées. La liste des stations perturbées a pris de l’ampleur au fil des heures : Carrefour d’Inzinzac-Lochrist, Intermarché Kerfichant, Leclerc Lanester… Les Super U de Guidel et Pont-Scorff en ont manqué plusieurs heures.

Le porte- parole de la société Total n’a pas caché qu’il y avait effectivement un problème d’essence au niveau de l’Ouest de la France, et plus exactement en région bretonne. Il a affirmé également que cette rupture représente un taux d’une station de service sur cinq touchée sous l’enseigne Total. Ceci, traduit en chiffre, représente près de 70 stations en détresse sur 350 qui font partie du réseau de la société.

Des points de ravitaillement possibles

De nombreuses pompes à essence se sont retrouvées à sec d’approvisionnement. Elles n’ont pas pu faire face à la demande croissante des usagers qui se sont précipités à la pompe craignant une pénurie, et par conséquent, la plupart de ces stations ont dû fermer.

En plus des automobilistes, les transporteurs sont très concernés par cette situation et craignent que la pénurie s’aggrave au fil du temps.

Par ailleurs, deux points permettent le ravitaillement en Bretagne, à savoir Le Mans et Tours, mais ils ne sont pas suffisamment gros pour servir tout le monde. Rester aux nouvelles de l’actualité de la région avec bretagne-info.fr

Categories: Economie
Mots clés: bretagne, essence

A propos de l'auteur

Sophie Labatte

Sophie, Rédactrice Web Rédige des chroniques et actualités sur SpreadTheTruth

Laisser un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*