Les zones d’activité apicole en France

Les zones d’activité apicole en France

La France fait partie des pays passionnés par l’élevage des abeilles. En mode amateur ou au contraire en mode à grande échelle, les Français sont de grands amoureux de la nature et des abeilles. D’ailleurs le ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt précise que qu’importe où se trouve la géographie du territoire en France, les abeilles auront toujours le droit d’exister. La pollinisation qu’elles effectuent est appréciée pour « le bien commun entre les apiculteurs, les agriculteurs et la société tout entière ».

La France est un pays propice à l’apiculture

La France bénéficie d’une variété de climats qui rend favorable la pratique de l’apiculture. Mais encore, sa géographie ainsi que la grande diversité de ses cultures avantagent également une bonne activité d’apiculture en principe très rentable, ainsi qu’une filière en plein développement notamment pour ce qui concerne la vente de materiel d’apiculture.

De par ces privilèges, la France devrait figurer parmi les plus grands pays apicoles dans le monde. Comme ce n’est pas encore le cas aujourd’hui, le gouvernement français a mis en place un plan de développement durable de l’apiculture française.

La région Sud-est de la France est une zone apicole très favorable

La Provence détient plusieurs éléments naturels qui concourent à une dynamique évolution d’une activité professionnelle apicole. Les facteurs climatiques de la région sont particulièrement opportuns pour un prompt accroissement des colonies à l’arrivée de la saison printanière. En outre, la géographie méditerranéenne de la Provence met à la disposition des insectes butineurs une grande variété de végétaux mellifères qui feront des miels largement variés. Par ailleurs, la succession de floraison dans ce coin de la France fait que les abeilles soient en activité le plus longtemps possible pendant l’année. La qualité des miels, toutes variétés confondues de Provence est telle qu’elle a décroché une reconnaissance de ses produits à l’échelle européenne. L’IGP que la Provence détient pour son miel témoigne de cette excellente qualité.

La région du Rhône-Alpes est remplie de petites exploitations

Malgré la modeste dimension de la plupart des exploitations apicoles dans cette région de France, Rhône-Alpes symbolise près de 14% des exploitations apicoles métropolitaines. La zone possède une grande biodiversité remarquable ce qui conduisent les apiculteurs à pratiquer la technique de la transhumance pour permettre à leurs abeilles de rester en activité pendant certaines périodes dans l’année. Une grande variété de miel est également produite dans cette région mais les exploitants déplorent plusieurs facteurs entre autres l’intoxication des abeilles en plus de l’évolution climatique fortement défavorables au bon déroulement de leurs activités.

Le Maine-et-Loire est privilégiée par les conditions climatiques

La géographie du Maine-et-Loire lui permet de profiter d’un climat doux, très propice à l’apiculture. De plus, la flore vastement diversifiée dans cet endroit de la France favorise la production d’un miel aux goûts variés et d’une excellente qualité reconnue dans tout le pays. La technique de la transhumance est également pratiquée dans la région suivant les miellées. Ainsi au mois de mai, du miel d’acacia est récolté, en juin du miel de châtaignier, en août du miel de sarrasin, … Quant au miel de printemps, il sera obtenu à partir du butinage sur les pissenlits, les colzas, les aubépines, …

Categories: Economie

A propos de l'auteur

Sebastien

Geek, spécialiste des questions économiques et sociétales. Rédacteur occasionnel sur Spreadthetruth.

Laisser un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*