Scarlatine : éviter la contagion

Scarlatine : éviter la contagion

Pour ceux qui ne le savent pas encore, la scarlatine est une maladie infectieuse due au streptocoque, qui est une bactérie du groupe A. Plus facile à contracter en hiver par les enfants de 5 à 10 ans, cette maladie est bénigne mais devra être traitée rapidement pour éviter sa propagation.

Comment faire pour éviter la contagion?

La scarlatine se transmet par voie aérienne. Toutefois, il est également possible, qu’elle se propage par le biais du sang, du sperme, ou par simple contact avec un enfant malade. Dans certains cas, il est même possible que la maladie se transmette via des aliments, des vêtements, des objets ou des déchets de métabolisme. Généralement, elle se caractérise par l’apparition d’une angine soudaine suivie d’une forte fièvre de 40°C environ.

Le patient atteint de cette maladie aura également des frissons, des maux de tête et des envies de vomissements. S’en suivra des douleurs abdominales et une possibilité de tachycardie. Face à ces symptômes, il sera inutile de faire des examens biologiques, un simple diagnostic clinique suffira amplement au médecin pour comprendre qu’il s’agit d’une scarlatine.

En général, le streptocoque met quelques jours avant son incubation, ce qui fait que le transfert se fait 2 jours avant l’angine et une journée après les antibiothérapies. Durant ces quelques jours, il est fortement recommandé au patient de rester chez lui, loin du monde pour éviter toutes formes de complications et bien sûr plus de contagion. Toutefois, il est important de dire que le malade n’aura rien à craindre puisque cette maladie peut être traitée efficacement et ce, dès que le médecin en est informé.

Limiter les risques de contagions en traitant la scarlatine rapidement

Le traitement se fait 10 à 15 jours environ avec de la pénicilline. Accompagné d’une bonne hydratation et d’une excellente alimentation, le remède sera vraiment efficace et les effets seront rapides. Cependant, il se peut que le patient ressente quelques douleurs. Dans ce cas là, il faudra prendre des antipyrétiques pour le traitement de la fièvre, des antalgiques pour calmer les douleurs et des antihistaminiques en cas de prurit. Plus la maladie sera contrôlée, plus le risque de contagion sera faible.

Bien que vous ayez des notions dans le domaine, il est tout de même recommandé de faire appel à un médecin. De par ses expériences, il aura l’aptitude nécessaire pour contrer les risques en cas de complications. Il pourra également effectuer les différents examens pour vérifier si le traitement a bien fonctionné. En général, cela se fait après le 15ème jour du traitement. À cet effet, il devra contrôler le cœur, les articulations et l’urine du sujet infecté.

Pendant la durée du traitement, il est recommandé d’isoler le patient afin de ne pas contaminer les autres. Toutefois, il est nécessaire voire indispensable de donner des antibiotiques à l’entourage pour éviter tout risque de contagion. Ainsi, même en étant en contact avec lui, les risques de contaminations sont moindres. À noter qu’une fois cette maladie contractée et traitée, le patient en sera immunisé tout le reste de sa vie.

Categories: Actualités

A propos de l'auteur

Sebastien

Geek, spécialiste des questions économiques et sociétales. Rédacteur occasionnel sur Spreadthetruth.

Laisser un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*